La myopie

Ce contenu est publié sur Mediris à titre d'information uniquement et ne peut se substituer à un diagnostic médical.

Définition de la myopie

La myopie est un trouble de la vue encore appelé trouble de la réfraction lié dans la majorité des cas à un œil trop long. L’image de l’objet se fait non pas sur la rétine mais en avant de la rétine. Le myope voit donc flou de loin. Par contre il le verra net de près sans effort de mise au point.

Evolution de la myopie

La myopie peut être faible ou moyenne, commençant dans l’enfance ou à l’adolescence, augmentant souvent lors de la croissance de l’enfant. Elle est parfois appelée myopie scolaire.

Elle peut être forte et engendrer une limitation de l’acuité visuelle et des complications rétiniennes, dont une des plus fréquentes est le décollement de la rétine. La forte myopie est parfois appelée myopie maladie.

Correction et opération de la myopie

La myopie se corrige par des verres de lunettes, des lentilles de contact ou l’orthokératologie qui n’influent pas sur son évolution.

Quand la myopie se stabilise, elle peut dans de nombreux cas être corrigée chirurgicalement.


 

Lexique

Dioptrie : C’est l’unité de mesure de la puissance des verres correcteurs, des lentilles correctrices de la vision, ainsi que des prismes utilisés pour corriger le parallélisme des yeux.

Réfraction : Correspond à la déviation du trajet d'un rayon lumineux qui traverse des milieux transparents de densité différente comme les tissus de l'œil. L'examen de la réfraction oculaire permet de calculer les erreurs réfractives comme la myopie, l'hypermétropie et l'astigmatisme où tous les rayons lumineux n'atteignent pas la rétine, et de les corriger par des moyens optiques ou la chirurgie.  


 

Est-ce que cette article a répondu à vos questions ?

OuiPoser une question
Les questions déposées

Non.


La condition première pour se faire opérer de la myopie est d’avoir au moins 18 ans et un défaut de vision stabilisé c’est-à-dire ne nécessitant plus de changement de puissance des verres correcteurs.


Les patients présentant des maladies de l’œil comme une sécheresse sévère, une uvéite ou un glaucome, ceux présentant des maladies générales ou recevant des médicaments qui peuvent freiner la cicatrisation sont de mauvais candidats.


Les porteurs de kératocône sont, sauf cas exceptionnels, de mauvais candidats.


La ou les motivations ainsi que les attentes parfois irréalistes de chaque patient sont primordiales à analyser avant l’opération. Par exemple le patient obsessionnel sur les détails et très demandeur de vision parfaite est un mauvais candidat.


 

Enfin, le concept de la presbytie doit être expliqué afin de comprendre la nécessité d’une correction pour lire quand l’âge avance.

Non.


Tout le monde devient presbyte, certains plus tard ou plus tôt que d’autres, en moyenne vers 43 ou 45 ans. La presbytie est un phénomène lié au vieillissement, donc inéluctable. Ceux qui n’ont jamais porté de lunettes en raison de leur bonne vision de loin commencent à mettre des lunettes loupes pour lire. Les légers myopes, eux, au contraire, commencent à enlever leurs lunettes pour lire. Ceux qui portent des verres pour voir de loin commencent à s’équiper en verres progressifs.


 

Personne n’y échappe.


 

 
Les anomalies de la fonction visuelle

Définition de l'hypermétropie L'hypermétropie est un trouble de la vue encore dit trouble de la réfraction lié le plus souvent à …

Les anomalies de la fonction visuelle

Définition de l'astigmatisme L'astigmatisme est un trouble visuel lié à une anomalie de la courbure de la cornée ou du cristallin ou des …