Le LASIK

Ce contenu est publié sur Mediris à titre d'information uniquement et ne peut se substituer à un diagnostic médical.

Le LASIK (Laser-assisted in situ Keratomileusis) est la méthode de chirurgie réfractive la plus couramment pratiquée. Son but est de diminuer voire supprimer une dépendance des lunettes ou des lentilles de contact.
Le LASIK est une chirurgie au laser de la cornée dont il modifie la forme afin de placer l’image sur la rétine et corriger ainsi un défaut de vision.

Pour le myope, le LASIK aplatit la cornée; pour l’hypermétrope, il la fait bomber; pour l’astigmate, il lui redonne une forme régulière; pour le presbyte, il crée un bombement très localisé permettant la vision de près (presbylasik).

Il n’est pas pris en charge par la sécurité sociale.

Comment se déroule l’opération  LASIK ?

Le LASIK est une opération indolore grâce à un collyre anesthésique. Il est réalisé dans un bloc opératoire, en externe, sans hospitalisation. Sauf cas particuliers, les 2 yeux sont opérés dans la même séance.

Un anneau de succion est posé sur la cornée pour la maintenir en place centrée. Un fin capot de cornée est créé par une lame appelée micro-kératome ou de plus en plus souvent maintenant par un laser femtoseconde. Le capot est soulevé et le laser excimer sculpte le tissu cornéen selon les données programmées lors du bilan préopératoire. Le capot est ensuite réappliqué sans points de suture..

La durée de l’intervention est d’environ 15 minutes par œil

Une coque protectrice est prescrite pour 1 à 3 nuits, des gouttes anti-inflammatoires et antibiotiques pour 1 à 2 semaines, et des larmes artificielles contre la sécheresse oculaire.

La récupération visuelle est le plus souvent quasi-complète dès le lendemain de l’opération. La stabilité définitive est obtenue après 1 mois.

Quels sont les candidats au Lasik ?

Seul l’ophtalmologiste est habilité à conseiller son patient pour réaliser un Lasik, en tenant compte de son défaut de vision, de son âge, de ses activités professionnelles et sportives, de son psychisme. Comme pour toute procédure chirurgicale, le patient doit recevoir une information complète pour prendre sa décision.

Le patient doit être adulte et avoir une vision stabilisée depuis au moins 1 an. Le Lasik corrige:

  • le myope jusqu’à -10 à -12 dioptries;
  • l’hypermétrope jusqu’à +6 dioptries;
  • l’astigmate jusqu’à 6 dioptries;
  • le presbylasik donne de bons résultats plutôt chez l’hypermétrope presbyte.

Ces valeurs sont seulement indicatives et dépendent  des caractéristiques de chaque cornée et du laser utilisé.

Il existe des contre-indications au LASIK:

  • la principale est le kératocône: c’est une cornée présentant un astigmatisme irrégulier faisant craindre une faiblesse anormale de celle-ci. La découpe du volet provoquerait alors un bombement irrégulier progressif indésirable appelé ectasie cornéenne. Il faut systématiquement dépister ce défaut lors du bilan préopératoire grâce à un instrument qui mesure avec précision les courbures de la cornée dans leurs moindres détails (vidéotopographe); la parenté directe d’un patient souffrant de kératocône est aussi une population à risque d’ectasie qu’il faut éviter d’opérer de LASIK.
  • toute maladie cornéenne, les maladies générales susceptibles de toucher la cornée, le glaucome chronique, les cornées trop fines et les yeux très secs; dans les 2 derniers cas la photokératectomie réfractive (PKR) peut représenter une alternative et dans le dernier cas la technique du SMILE aussi.

Quelles sont les complications ?

Comme pour toute chirurgie, le risque zéro n’existe pas. Cependant la cécité est exclue car le LASIK n’agit pas à l’intérieur de l’œil.

L’ectasie qui est la complication la plus grave est exceptionnelle si la sélection des patients à opérer est rigoureuse. Les complications liées à la découpe du volet et l’infection n’existent pratiquement plus grâce au laser femtoseconde. Grâce aux améliorations des lasers excimer, la perception de halos autour des lumières et l’éblouissement nocturne sont devenus très rares. Les résultats visuels souhaités sont aussi obtenus avec une grande précision. Dans le cas contraire, un retraitement au laser est souvent possible ou une paire de lunettes d’appoint ou des lentilles peut satisfaire le patient.

 

LASIK

 

 

 


 

Lexique

Collyre : ou gouttes pour les yeux. Ce sont des médicaments délivrés directement dans les yeux conditionnés en gouttes stériles. Liquides ou plus épais sous forme de gel, les collyres peuvent avoir une action antibiotique, anti-inflammatoire, lubrifiante, cicatrisante, myotique, mydriatique, cycloplégique, anti-glaucomateuse. Certains sont de simples colorants destinés alors à l’usage du médecin ophtalmologiste pour l’observation de l’œil. Le collyre peut être conditionné en flacon à usage multiple ou en unidose à usage unique. Les collyres sans conservateur, notamment en unidose, sont mieux tolérés.

Laser femtoseconde : Laser délivrant des impulsions ultra-courtes, utilisé dans la chirurgie de l'œil pour la réalisation de découpes de très haute précision. La principale utilisation du laser femtoseconde est actuellement la chirurgie de la myopie (LASIK, SMILE).

Ectasie : L'ectasie de la cornée est une déformation lente, irréversible de celle-ci, ressemblant au kératocône, survenant parfois longtemps après une chirurgie réfractive par PKR ou par LASIK.


 

Est-ce que cette article a répondu à vos questions ?

OuiPoser une question
Les questions déposées
Aucune question n'a encore été posée. Soyez le premier à le faire.

 
La chirurgie réfractive

La photokératectomie réfractive (PKR) est la plus ancienne méthode de chirurgie réfractive cornéenne au laser. Son but est de diminuer voire …

La chirurgie réfractive

Le LASIK (Laser-assisted in situ Keratomileusis) est la méthode de chirurgie réfractive la plus couramment pratiquée. Son but est de …